Une tape dans le dos

Une tape dans le dos

Ces 10 mois avec les bébés se sont bien passés. Pas de maladie, pas de souci particulier. Ils vont bien, mangent bien, grandissent bien. Ils sont beaux, et je suis fière et admirative de leurs progrès au quotidien. Déjà plus de 10 mois de bonheur. Bien sur, il y a des jours où tout est difficile, où je cris beaucoup, où ils pleurent beaucoup. Mais on oublie vite. J’ai repris le travail en juin. Je souhaitais prendre un congé parental mais mon homme n’était pas d’accord pour « payer » pour moi. Pas d’asmat, ni de crèche. J’ai donc trouvé une nounou à domicile. Une jeune fille très sympa, qui travaillait en crèche, mais qui est en reconversion pro et donc dispo. Ah oui j’oubliais : rien ne va depuis la naissance des bébés. Non, pas tout à fait : depuis qu’il a repris le travail. Il a décidé de ne plus se lever la nuit quand il travaille : normal, il « travaille » lui ! Mais finalement il ne s’est jamais plus levé la nuit. Ni les week-ends, ni les vacances de Noel, jamais. Une nuit, il s’est couché à 3h du mat, puait la cigarette et m’a donc réveillé : je l’ai viré en lui disant qu’il n’avait pas honte de se coucher aussi tard (il se couche toujours très tard, reste devant la tv et son ordi), qu’il n’avait aucun respect pour moi qui me levait tot. Il est allé dormir dans une autre chambre. J’ai donc décidé de faire chambre à part. Puis quand sa mère est partie en vacances, il est allé dormir chez elle. Il venait quand il voulait voir les enfants, il donnait un biberon ou pas. A la carte. Je m’occupe donc des bébés h24. Pas une minute de répit, personne pour prendre la relève. J’ai perdu énormément de poids, je n’ai que la peau sur les os. Je dors peu aussi forcément. Mon homme m’a usé, abimé. Depuis la grossesse, il n’a aucune pitié, aucune compassion pour moi. Il me voit fondre et ne fait rien. Il ne m’aide pas : ni ménage, ni course, rien. Il est même devenu radin. C’est fou, quand je lui ai demandé un jour de m’acheter des vitamines pour les bébés, il m’a dit texto : j’ai payé, je récupérerai sur notre compte. 2 ou 3 euros le flacon ! Une honte ! Il fait tout moitié moitié. Un jour, je reçois une lettre de son avocate qui me dit de prendre un avocat également pour régler notre séparation. Ca m’a fait un choc ! Je lui ai dit que je ne prendrai pas d’avocat, que je n’avais pas d’argent a dépenser la dedans, que s’il voulait partir, qu’il parte, avec la moitié de tout, l’argent de l’avocat je le garde pour acheter ce qu’il manquera. Il voulait aussi un droit de garde. Pouvoir les récupérer en fin de journée et les ramener chez moi jusqu’à ce que je prenne la relève. Je lui ai dit que ça ne se passait pas comme ça. Chez moi, ce sera chez moi, et il n’y mettra pas les pieds. Que les bébés étaient trop petits pour tout ces chamboulements. Qu’il pourrait les voir de temps en temps en balade. Du coup, il a réfléchi et est revenu en arrière. Finalement il veut bien rester. Mais quelques jours plus tard, rebelote. Rien ne va plus. Je ne peux pas rester avec quelqu’un qui ne fait RIEN. Qui ne m’aide pas, jamais. Qui ne fait ni ménage, ni course, ni repas, ni bain, ni nuit. RIEN. Qui ne m’apporte pas le soutien ni l’affection dont j’ai besoin, dont les enfants ont besoin même ! Il se nourrit de plats surgelés individuels Picard qu’il achète en quantité. Une fois les bébés couchés, j’ai à peine le courage de me faire à manger : j’avale une bricole, une douche et au lit. Suis si épuisée. Il n’a jamais pris la relève dans ces moments là. Préparer quelque chose à manger pendant que je gérais les bains. Non, jamais.
Cet été, j’avais réservé une semaine de vacances dans un club de vacances familial en pension complète dans le sud de la France. Je me suis dit que c’était un bon test, une sorte de dernière chance. Ca a été une catastrophe. La même chose qu’à la maison mais en pire : il ne faisait toujours rien, ne se réveillait pas la nuit non plus (de toute façon ils ne les entend pas les bébés tellement il ronfle), pas de bain, rien. Si ! se baigner un quart d’heure avec l’un ou l’autre des bébés en fin de journée : ça oui. Que les moments plaisir. Je lui ai dit que moi aussi je rêverais de n’avoir que ces moments de plaisir, de bonheur, de joie avec les enfants : pas de crise, pas de larmes. Ce serait chouette. Mais il ne comprend pas : pour lui ça aussi c’est gérer les enfants. Pour l’anecdote, il a même fait tomber ma poupette en vacances : enfin non, je l’ai posé sur son lit à lui, et je lui ai dit de la surveiller 2mn. Il ne l’a pas fait et elle est tombée. J’ai cru mourir. J’ai cru qu’elle allait se casser en mille morceaux ma chérie. Non, elle a pleuré un bon coup, mais ca a été. Même pas fichu de faire attention à sa fille. Du coup, les vacances étaient si désastreuses qu’on est rentré 2j plus tôt. Il est parti dormir chez sa mère qui est pourtant revenue de vacances. Il dort sur le canapé du salon surement. Une après-midi, il y a quelques jours, il m’a dit : ça y est, j’ai pris un appart. Il avait un sourire au lèvres. Tout content de sa décision. Il fait ses cartons en ce moment. Nous allons vendre l’appart. Ou alors je rachète sa part. Je ne sais pas si je vais pouvoir, si j’en ai les moyens. Rallonger le crédit, réduire les mensualités, rembourser son apport. Compliqué. Je regarde aussi les locations. Peu de choix. Je dois me limiter à un secteur précis car mes trésors ont une place en crèche fin aout. Je ne veux pas m’éloigner. J’attends de savoir combien il compte me donner de pension alimentaire aussi. Ca peut m’aider dans mes choix. Mais il dit ne pas y avoir réfléchi encore. Je serre les poings et j’attends. J’essaie de faire bonne figure. Je me dit qu’il ne sera bientôt plus là, que nous allons enfin pouvoir vivre heureux, dans le bonheur, la joie et plus voir sa tête de déprimé tous les jours.
Mais rien ne se passe comme prévu. Lundi après midi, j’écoute un message sur mon portable : allo ici le commissariat, nous avons une plainte qui a été déposé contre vous, merci de prendre contact avec nous au plus vite.

Je me suis tout de suite dit que les voisins se sont plaint car parfois les bébés crient fort. Ils pensent peut-être que je les maltraite ? Il était là, alors je lui demande s’il est au courant. Il me dit oui en hésitant. « Oui c’est moi qui suis allé porter plainte contre toi, car pendant les vacances tu m’as frappé ». Frappé ? Je lui ai mi une tape parce qu’il se moquait encore de mes remarques sur le fait qu’il ne m’aide en rien avec les bébés : il m’avait dit « et blablabla et blablabla, toujours le même refrain ». Alors je lui ai donné une tape dans le dos. Je lui avait même dit que si j’avais été un mec, je lui pétais la gueule. J’étais désemparée, effrayée et furieuse. Je me suis demandée si un jour tout cela allait s’arrêter. Les tromperies, les violences verbales, cette sorte de harcèlement. Je lui ai demandé s’il voulait la guerre. Quand va-t-il s’arrêter ? jusqu’à quand va-t-il me torturer ? Je lui ai dit qu’il n’était pas un connard, non le connard c’est le voisin qui fait tourner son lave linge à 6h du matin. Non, je lui ai dit que lui c’était une ordure, que j’avais honte qu’il soit le père de mes enfants, que j’avais honte d’avoir été avec lui, que je me sentais sale. Une vraie ordure.
J’ai rdv demain matin au commissariat.

Publicités

9 réflexions sur “Une tape dans le dos

  1. Mince… quelle horreur! J’ai relu quelques post anciens, il est vrai qu’il y a un an déjà ça partait en cacahuète, tu ne te sentais pas aimée, ni soutenue. Dur dur avec les bébés. J’espère que tu vas être délivrée au plus vite de cet homme toxique, qui n’est plus ton homme. Ne t’en veux pas de l’avoir aimé, ni qu’il soit le père de tes enfants, vous avez eu certainement un temps meilleur. J’espère que tu es entourée par tes amis, ta famille car s’il commence à délirer avec les plaintes, il faut du répondant en face, des témoignages, des preuves que tout va bien, que tu vas bien, pas lui. Protège toi au maximum. Une amie s’est retrouvée un peu dans la même situation, enfin, en tout cas un couple qui ne fonctionne plus juste après la pMA (PMA très longue et pétage de plomb de l’homme durant la grossesse gémellaire, il ne faisait rien, picolait, devenait violent verbalement ou sur les meubles… très compliqué jusqu’à ce qu’elle obtienne qu’il ne voit plus ses enfants sauf dans un cadre sécurisé, quelques heures, puis plus rien, il s’est désintéressé de ses enfants). Courage à toi. N’oublie pas de manger un peu plus que tes enfants.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci à toi 💙. J’en ai parlé un peu…pas beaucoup, j’ai tellement honte de tout ça. J’aimerai qu’il finisse comme ce type, le copain de ton amie, qu’il se désintéresse des enfants. Pour eux, je ne sais pas. On dit qu’il ne faut pas casser du sucre sur le dos des papas, mais je ne vois pas comment ces bébés pourraient être fiers de leur père. Merci encore d’être là. Bisous 😘

      J'aime

  2. Alors toi tu lui as donné une tape dans le dos, mais lui t’enfonce un poignard dans le dos et depuis un bon moment… J’espère sincèrement que tu as du soutien autour de toi car tu vas avoir du fil à retordre… Je pense malheureusement qu’il fera tout pour te faire « chier », parti comme il est… Il va falloir que tu sois forte et que tu ne craques pas et surtout que contrairement à lui, tu fasses bien passer le message que seul l’intérêt de tes enfants compte. Il aurait tout intérêt d’ailleurs à essayer de trouver la meilleure solution dans le calme, s’il tenait réellement à ses enfants… Car quel est le but de faire souffrir tout le monde ainsi, je me le demande…
    En tout cas, je suis vraiment peinée de lire ces nouvelles et je te souhaite de pouvoir rapidement te débarrasser de tous ces soucis afin de te concentrer de nouveau sur ta vie de famille auprès de tes enfants. Je pense fort à toi. J’espère de tout coeur que le rdv demain se passera au mieux. Gros bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 💙. C’est dur d’être toujours forte et de ne pas craquer. Je craque très souvent, je dors mal, je me réveille en pleine nuit, je cogite. Je me demande comment je tiens parfois. Dire que je reprends le travail lundi !

      J'aime

  3. Je suis vraiment désolée de lire tout ceci, c’est une horreur ce qu’il te fait subir. Je comprends que tu ne souhaites pas dépenser d’argent en avocat, mais je pense qu’il est vraiment important que tu aies ton/ta propre avocat(e) à toi (de toute façon si vous partagez le même avocat, j’imagine qu’il te fera payer la moitié des frais), parce que vu comment la situation dégénère, il me parait essentiel que tu aies quelqu’un de pro et d’extérieur qui défende TES intérêts. D’ailleurs à mon avis le coup de la plainte au commissariat, c’est son avocat qui le lui a conseillé pour essayer de monter des preuves contre toi – j’imagine qu’il l’a questionné en essayant de savoir s’il n’y a pas eu des moments où tu as pu déraper et il a dû raconter cet épisode à deux balles, dont il essaie de tirer le maximum, parce que sinon il n’a pas grand chose à se mettre sous la main…
    Le plus important à mes yeux pour toi est de tout faire pour vous protéger toi et les enfants. Et pour ça, il te faut le plus de soutien possible (as-tu des amis, de la famille qui peuvent t’épauler?), et c’est essentiel que :
    – tu accumules le plus de preuves contre lui dans la mesure du possible (conserve tout ce qui peut prouver son attitude au quotidien: sms, mails, photos, témoignages – aussi des éléments comme le fait qu’il n’ait pas été capable de surveiller la petite 2 minutes, c’est important pour le choix de garde), parce que malheureusement, tu vas devoir faire face à un conflit devant des juges et qu’il semble prêt à se battre comme une ordure justement, et il ne faudrait pas qu’il obtienne indûment des faveurs (financières, matérielles, ou garde d’enfant);
    – tu prennes au maximum soin de toi, en mangeant suffisamment et en essayant de te reposer dans la mesure du possible. D’une part parce que pour tenir le choc il faut absolument que tu sois forte, et d’autre part parce qu’il ne faut pas qu’il puisse utiliser d’éventuelles faiblesses, même côté physique, contre toi.
    Un dernier truc, ce n’est certainement pas à lui de décider du montant de la pension alimentaire, c’est le juge qui en décidera – et pour ça aussi c’est essentiel que tu aies un avocat qui soit de ton côté, sinon tu risques d’y perdre beaucoup. Essaie de te renseigner autour de toi si quelqu’un peut te conseiller un bon avocat (je ne sais plus de quel côté tu habites? Si c’est en IdF, dis-moi, j’ai une amie qui a contacté quelqu’un récemment).
    Et comme le dit deesselinette, ne t’en veux pas de l’avoir aimé. La paternité ça change les hommes, clairement pas toujours en bien (ou alors ça fait remonter des comportements ou des sentiments enfouis qu’on ne connaissait pas et que lui-même peut-être découvre), et la PMA peut aussi beaucoup déglinguer, bien plus qu’on ne s’en rend compte sur le moment.
    Et ne culpabilise pas de craquer face à tes enfants, c’est déjà pas facile en temps ‘normal’, alors dans les circonstances dans lesquelles tu dois vivre en ce moment, c’est plus que légitime…
    Courage, et surtout continue à venir écrire ici pour évacuer et pour chercher du soutien, il ne faut pas que tu restes seule face à tout ça. Et si tu veux échanger par mail, n’hésite pas.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci 💙. Ça fait du bien de lire tout ça. Je vais attendre de voir ce qu’il veut et je pendrai alors ou pas un avocat. Je ne suis pas sûre qu’il veuille la garde, il est trop égoïste pour ça, et il tient trop à sa liberté. Des bébés c’est trop de boulot pour lui et trop de contraintes. Non ce qu’il voudra ce sera surement de les voir souvent, et ça je ne veux pas, je ne veux plus. Je ne veux pas qu’il me les abime mes bébés, qu’il les salisse. J’ai peu de preuve, si ce n’est des sms, des mails ou je parle de lui, alors que j’étais enceinte. J’ai des mails que j’ai envoyé à sa sœur pour lui dire au printemps 2016 qu’il ne les voulait plus ces bébés et qu’il ne faisait rien pour m’aider. Des sms a des amies…
      Je vais voir… Merci encore d’être là 💙. Je suis a Lyon pas en idf. Gros bisous 😘

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s